Archives de la catégorie ‘Uncategorized’

Non à la Barbarie

Publié: janvier 7, 2015 dans Uncategorized

1509877_10205616558043326_7797044635163659920_n

Je ne sais pas dessiner…

J’ai envie d’écrire, de crier, d’hurler, de gueuler ma haine contre cette barbarie.

Non cet acte immonde n’est ni politique, ni religieux. Il est abominable.

Je veux savoir que nous pouvons continuer à dire, à écrire, à dessiner nos pensés, librement, sans crainte, sans risque, sans atteinte.

Je ne suis pas un lecteur fidèle de Charlie Hebdo.

Beaucoup de dessins m’ont fait rire, d’autres m’ont déplus (et alors…), certains m’ont troublé, interloqué…

Et alors… n’est ce pas là le rôle des journaux satiriques, des caricaturistes que de nous faire réfléchir, de nous titiller dans nos certitudes, de nous faire réfléchir à la Société dans laquelle on vit.

C’est la société toute entière qui doit faire bloc… Nous ne pouvons rester silencieux à ce geste de barbarie qui touche le cœur de notre démocratie.

Publicités

handicapAujourd’hui, bien que nous en parlions peu il se trouve que c’est la journée internationale des personnes handicapées…

Vous savez c’est 12 millions de personnes qui en France attendent vainement l’autorisation d’être purement et simplement citoyens, tous ceux qui parce que, notre société ne sait ou ne souhaite pas les inclure, attendent inlassablement un seule chose : l’accès à leur droits les plus élémentaires.

Mais savons nous vraiment ce qu’est la vie d’une personne en situation de handicap???

Je ne parlerai pas ici ni de maladie, ni de douleurs ni de soins, mais simplement de ce que chacun d’entre nous connais,  je ne parlerai que de la Vie.

Alors que peut bien être la vie d’une personne en situation de handicap??? je la résume ainsi, il s’agit d’une vie « sous autorisation » ou plutôt d’une vie qui dépend de l’autorisation des tiers… de celles et ceux qui se considérant comme « sachant » décident quotidiennement de ce que sera la vie de millions de personnes, souvent à l’encontre de propres envies.

D’abord pendant la grossesse où dans la prime enfance, lorsque le handicap survient ou est découvert… le droit de vivre… Je suis toujours partagé sur la décision à prendre lorsque le handicap est découvert anténatal… entre tentative eugénique d’avoir une espèce humaine « sans défaut », et incapacité compréhensible de certains parents d’envisager un avenir avec et pour un enfants lourdement handicapé…  Mais dans une Société réellement inclusive, une société adaptée à chacun de ses membres, une société solidaire et non dans la pitié et la charité, le choix de ces parents serait bien plus simple. Lorsque l’on sait que son enfant aura toutes ces chances pour grandir, s’épanouir, apprendre… VIVRE, sans contraintes malgré le handicap… alors on l’accompagne sur le chemin de cette vie qui s’ouvre à lui, comme n’importe quels parents avec n’importe quel enfant. Le Handicap ne sera pour lui qu’une particularité supplémentaire, identique à sa couleur de cheveux, il fera simplement partie de sa personne sans pour autant la définir.

Ensuite, il faut pour toute personne en situation de handicap, obtenir LE sésame, celui sans lequel la vie sera encore plus compliquée… la Reconnaissance de handicap

Sans cette démarche, la personne en situation de handicap n’est rien… Il faut donc que la société nous autorise à être en situation de handicap (sans pour autant reconnaître son implication dans la création du processus de situation de handicap…).

Cette reconnaissance, attribuée par des « experts » sur une base essentiellement médicale (ce qui est déjà critiquable) n’est pas croyez le un passe droit, un ouvre porte à tout va… voir même dans certaine situation il est enfermant, excluant, isolant…

Je le sais… beaucoup pense que cette reconnaissance est un passe droit, sans compter sur le sésame des sésame, la carte de stationnement, tellement enviée, tellement copiée, tellement falsifiée..

Mais cette reconnaissance est surtout le début d’une longue vie de justification…

Pour l’obtenir, il faut prouvé le handicap… normal me direz vous, mais tellement difficile de démontrer la hauteur de la gène occasionnée par un handicap, dont lorsqu’il se voit, ce que l’on voit n’en est que la partie immergée de l’iceberg.

Ensuite pour le garder… il faut prouver tous les cinq ans que nous sommes toujours en situation de handicap… aucun répit donc, tous les cinq ans notre administration oblige les personnes à se replonger dans le handicap, dans cette situation qui fait d’elles des être différents au yeux de notre société. Imaginez la personnes amputée obligée tous les cinq ans de justifier que sa jambe n’a pas repoussé…

La justification va s’accroître dans la vie de la personne en situation de handicap. Outre justifier son handicap elle va aussi devoir justifier un peu partout ces besoins, ces envies…

Depuis 2005, et sur le principe c’est une bonne chose, nous avons vu arrivé le principe de la compensation.

A la base ce principe est simple, c’est la collectivité qui compense la « marche » en la déficience de la personne et la Société dans laquelle elle vit. La Société comble le trou …

Sauf qu’au delà de cette idée, les réalités financières ont pris le dessus… et la compensation est limités aux restrictions qui lui sont apportées.

Du coup la compensation s’appuie sur « le projet de vie » de la personne… Que souhaite elle faire de sa vie pour les cinq années à venir… vous savez vous ce que vous souhaitez faire de votre vie pour les cinq ans à venir??? Moi NON…

Pour chaque chose que l’on souhaite faire, il faut ensuite justifier pourquoi nous avons besoin de tel ou tel dispositif, de tel ou tel soutien, …

Emploi, scolarité, engagements associatifs, vie sociale, rien de doit être oublié.

Ensuite il faut attendre… la fameuse autorisation le courrier qui dit c’est bon, vous êtes reconnu en situation de handicap, et vous avez bien justifié vos besoin, nous allons en partie les compenser…

Pour ce qui est de la scolarisation… rien de plus compliqué… si nous parvenons à obtenir la reconnaissance et l’attribution d’une auxiliaire de vie scolaire (lorsqu’il y en a besoin et ce n’est pas le cas pour tous les enfants en situation de handicap), il faut désormais attendre l’autorisation de l’Inspection d’académie, qui a ou pas les AVS sous la main, de la Mairie, qui souhaite ou non accueillir l’enfant à la cantine, sur les TAP, à la garderie, dans les activité extra et péri scolaires.

Une fois dans l’emploi… une nouvelle autorisation, un nouveau « sésame » la RQTH… Reconnaissance de Qualité de Travailleur Handicapé… pour une fois que le handicap peut être considéré par notre société comme une qualité… mais de qualité nous n’avons que le mot…

Malgré cette reconnaissance, malgré l’obligation d’emploi de 6% de travailleurs handicapés dans les entreprises publiques et privées, les choses se corsent… Entre les employeurs qui ne connaissent pas le handicap, qui en ont peur, qui disons le s’en foutent ou n’en veulent pas, et les institutions pas plus intéressées par la question… Il semblerait que nous ayons le Droit de travailler mais pas forcément l’autorisation de le faire.

Et pendant ce temps, alors que certains cherche à faire profiter les employeurs de leurs compétences, ces derniers sont plus occupés à faire la chasse aux « RQTH » auprès de leur personnel… oubliant même que là pour le coût la personne en situation de handicap est la seule à décidé si oui ou non elle souhaite la communiquer…

Du coup si « RQTH » et employeurs se rencontrent… il y a encore une autorisation à obtenir… celle de la médecine du travail… Apte ou inapte… la fameuse question, qui doit être tranchée par des médecins méconnaissant à  la fois l’entreprise, la personne et le handicap… mais c’est bien elle qui tien entre ces mains la vie professionnelle du salarié.

Si toutefois, il nous est reconnu l’incapacité de travailler, et qu’il nous est autorisé de toucher soit une pension d’invalidité, soit une allocation adulte handicapé, nous devons nous réjouir que la Société nous autorise à toucher ces quelques subsides inférieur au seuil de pauvreté… sans compter que pour ce qui est de l’AAH, là ne demandons surtout pas l’autorisation de nous marier, elle nous serait accordée avec en contre partie une diminution de cette allocation nous permettant désormais de ne plus vivre sous les autorisation perpétuelle de la Société, mais sous celle issu de notre nouvelle dépendance à l’être que nous aimons. Et oui, on a le droit d’aimer, mais attention aux conséquences. Si ils nous épouse c’est pour le meilleur et pour le pire, mais surtout pour financer notre vie, nos plaisir…

En parlant d’amour, avec ou sans mariage, se fait souvent sentir le désir d’enfants… et là on recommence avec les éternelles justifications… oui malgré le handicap et/ou la maladie, nous devons expliquer que nous souhaitons un enfant, que nous saurons nous en occupé… voir pire il nous faudra expliquer que note handicap n’est ni génétique, ni transmissible et que le futur enfant à venir ne risque rien.

Rajouter à cela que pour beaucoup notre Liberté fondamentale de nous déplacer, de vivre dans notre citée est soumise à l’autorisation de nos élus de bien vouloir prendre en compte (en non en charge) notre situation de handicap…

Voilà, j’ai certainement omis bien des champs des autorisations nécessaires à la vie d’une personne en situation de handicap dans notre société.

Et pendant que j’y suis, il serait bon un jour que citoyens, politiques, institutions cessent de voir le handicap comme une CHARGE… les personnes en situation de handicap n’ont aucune besoin d’être pris en charge mais uniquement d’être PRIS EN COMPTE… mais j’y reviendrait plus tard

A Vous qui étiez sur le chemin

Publié: juin 28, 2014 dans Uncategorized

A une semaine de me marier, me vient l’envie de faire le bilan de toutes ces années qui viennent de s’écouler.

Au moment d’ouvrir un nouveau livre de ma vie, j’ai envie de regarder au dessus de mon épaule.

J’en ai rencontré du monde dans cette vie. Vous êtes nombreux à avoir croisé mon chemin, à avoir cheminé à mes cotés ou à avoir tenté de barrer ma route.. (ces dernier n’attendez rien ni de moi, ni de texte)

Je ne vais pas citer de nom… ma mémoire défaillante quelques fois risquerait de vexer quelques uns. Mais vous êtes nombreux dans mon cœur. Vous qui m’avez tellement apporté et qui pour certains continuez encore aujourd’hui. C’est fou ce que j’ai grandit à vos côtés.

Aussi loin que je m’en souvienne, vous avez été dune richesse, d’une force… Ces Amitiés dont les fondement d’une vie.

A votre contact j’ai appris, j’ai granit, je me suis forgé.

C’est avec chacun de vous que j’ai fait de ma vie ce qu’elle est aujourd’hui, que j’ai acquis mes convictions, que j’ai construit mes combats.

Ma famille n’a cessé de e donner de bonnes fondations et mes amis m’ont permis de bâtir les murs.

Il reste dans mes cartons, qui se sont épurer naturellement au fil des déménagements, quelques photos, quelques lettres retraçant ces rencontres.

Même si pour certains la Vie nous a éloigné, vous êtes des plus présents dans mon cœur. Je sais ce que je vous dois, je ne l’oublierai jamais.

Aujourd’hui, aux cotés de celle qui m’accompagne dans ma vie, celle avec qui nous bâtissons une nouvelle route, notre route, celle qui a su prendre mon cœur (et le mec qui va avec…), aux cotés de notre fils, ce petit être formidable, je peux vous dire que tout va bien.

Vous m’avez à votre manière accompagné jusque là, jusqu’à ce bonheur que j’ai tant cherché… sans vous je n’y serait pas arrivé.

Chacun d’entre vous se reconnaîtra dans un geste ou un mot… vous avez su être là dans les bons moments, mais aussi dans ceux où le désespoir ‘envahissait… vous m’avez permis de rester là, du bon coté de la barrière, de ne pas tomber dans des abîmes desquelles je ne serait certainement pas revenu.

Et à tous ceux qui ont disparus, à mes absents… Je ne fait pas parti des gens qui pensent que vous seriez encore là à mes cotés… Mais il est sûr que vos empreintes dont des plus indélébiles.

Vous qui êtes partis bien trop tôt, vous avec qui il y avait encore tellement de chose à vivre, vous qui m’avez fait faux bon et à qui j’ai d’ailleurs pu en vouloir. Votre vie continue dans mon cœur. J’essaye tant bien que mal de vous maintenir en vie à travers mes mots, à travers mes actions, à travers ma vie. A croire que si je cesse à mon tour, vous disparaîtriez définitivement.

 

 

 

La voix est libre : http://www.pluzz.fr/la-voix-est-libre.html

A Jean Marie

Publié: octobre 22, 2013 dans Uncategorized

 

DSC_0429

Nous échangions encore il n’y a pas si longtemps, sur ce sujet qui t’animait tellement, la place des Personnes handicapées dans notre société, et tout le travail qui restait encore à faire pour faire avancer ce chantier.

C’est dingue tout ce qui peut nous passer par la tête quand la nouvelle survient… et là le vide, que dire, qu’écrire pour te rendre hommage, et saluer tout ce que tu as fait pour les milliers de personnes en situation de handicap.

Je garderai tellement de moments en mémoire.

Je me souviendrai toujours de cette journée pluvieuse, inauguration des nouveaux locaux, et les soixante dix ans de la Délégation du Loiret.

Tu as passé cette journée à nos cotés, parmi la centaine de personnes invitées. Toujours heureux d’être proche des autres, d’échanger, d’écouter…

JE retiendrai aussi ce plaisir que tu as pris dans des joutes orales avec les représentants politiques qui étaient présents. C’est certainement le plus marquant chez toi cette capacité à convaincre, à responsabiliser aux plus hauts sommets. cette énorme capacité à mobiliser, ce charisme implacable.

Plus personnellement je garderai longtemps en mémoire ces échanges réguliers, ces discussions sans fins, ces rires partagés.

Tu as été pour moi une de ces rencontres qui ne peut que nous laisser des traces, une de ces rencontres qui, qu’on le veuille ou non, nous change.

Rien de ce que je pourrai écrire ne pourra rendre hommage à l’immense personne que tu étais.

Rien de ce que je ne pourrai écrire ne pourra apaiser la peine de tes proches, de ta famille dont tu étais si fier.

Ce sont des milliers de personnes qui deviennent orphelin avec ton départ, et je sais avoir la chance de faire partie des quelques uns qui te connaissait, un peu…

Plus j’écris, plus j’ai envie d crier ma rage et ma colère.

Ma rage de te voir partir, en nous plantant là…

Plus que tout ma colère de savoir ta famille et tes proches sans toi.

Tu vas nous manqué, mais nous sommes nombreux à vouloir continuer ce chemin que tu as tracé avant de partir.

Le seul mot qui me vient, c’est simplement MERCI.

MERCI d’avoir été toi

MERCI d’avoir consacré ta vie au mieux vivre des autres

MERCI d’avoir apporté tant d’espoirs pour tellement de personnes

MERCI d’avoir croisé ma vie.

MERCI

 

 

Télé dechetterie…

Publié: mai 20, 2013 dans Uncategorized

Ça fait quelques temps que je voulait écrire sur la télé-réalitée et autres télé-crochets.  A vrai dire je n’ai jamais pris le temps… je ne voulai pas gâcher mon temps sur ce sujet, mais en ce jour d’orage je me lance.

Ça fait plus de 10 ans maintenant que l’on découvrait ce « phénomène » à coup de quelques manifs et jets de poubelles sur le bâtiment de la chaine qui nous assaillait d’image de pin up se dorant la pillule sur le bord de la piscine.

Ce n’est pas comme certain, le voyeurisme qui me gène… Après tout les candidats savents désormais à quoi s’ attendre sauf passer du fin fond d’une grotte au loft, ils le font en leur âme et conscience.

Ce qui me dérange réellement c’est le decalage de valeurs.  Je ne suis pas un fan de la valeur travail qui ne corespond qu’à la promotion d’une pseudo élite qui serait productive contrairement aux autres. Donc ce qui me derange vraiment c’est de promouvoir la notoriété du vide.

Maintenant la règle est fixée… je ne sais rien faire, la seule chose qui est remplie chez moi c’est mon tee shirt, j’ai une grande gueule donc je vais faire le buzz et je serait célèbre… Et riche tant qu’à faite puisque la notoriété sans la richesse ne sert à rien.

Après tout a quoi bon bosser quand en 3 semaines on peut couvrir les chaines de télé et réseau sociaux…

Ce qui est formidable c’est que fort de la recette de la télé-déchetterie,  nous avons inventé la télé-recyclage… mettons dans la même maison, les mêmes candidats qui ont déjà loupé leur notoriété et faisons leur croire que cette fois il y parviendront… en vain.

Certains sont juste devenu des « télé-réaliteurs » professionnels.

Et puisque cette mélasse continue a rapporter allons plus loins et créons des animateurs dédiés à la cause… Morandini par exemple, et sa marque…. qui le matin à la radio, toute la journée sur son blog, et le soir à la télé nous relatte sans cesse ce que nous aurions loupé la veille… avec des « journalistes » qui sont de réelles référence,  puisqu’ils sévissent chez closers ou télé 7 jours…et il ne se gêne pas pour nous donner tous les détails de la mort d’un  andidat sur une émission durant une semaine.  Quand on est présentateur sans idée il est de notre niveau de s’ inspirer de la télé-réalité.

La télé-recyclage sévit aussi dans les télé crochets… combien de fils de…, de « je me suis planté l’année dernière alors la prod m’a rappelée » de « ça fait 20 ans que je chante sans talent et la télé va m’en donner ».

C’est donc ça la règle aujourd’hui règle que nos ordonneur à bien penser oublient de dénoncer… la télé règle tout et fait tout???
Elle c’est imposée comme une évidence, une référence…et l’on passe vite pour hasbeen lorsque l’on ose la citiquer… je n’ose imaginer les réflexions à la lecture de cet article.

Enfin ce qui me choque à l’heure où beaucoup de battent pour un droit à la différence c’est la stéréotypation… on nous impose de nouvelles images faisant désormais référence,  l’Homme juste que l’on promouvait naguère est remplacépar l’homme vide, la violence qutidienne est poussée a son paroxisme, le respect de l’autre est enterré avec la solidarité.

Il y a des rencontres

Publié: avril 12, 2013 dans Uncategorized

Il y a des personnes qui traversent notre vie, qui y passent ou qui y restent.
Des personnes que l’on croise, que l’on rencontre, que l’on fréquente et qui ne nous laisse pas tout à fait indemne.
Il y a de ces hommes et ces femmes qui par leur charisme ou leur proximité ne peuvent inspirer que confiance et respect.
Il m’est arrivé dans ma vie de militant d’en rencontrer quelques uns. Sans citer de noms, ils se reconnaitraient et risqueraient de me rouspiller, je oeu dire que quelques uns ont changer ma vie, ma manière de voir le monde.
Non pas que j’ai en permanence été en accord avec eux, mais en tout cas ils ont toujours eu l’inteligence d’entendre mon désaccord.
Leur force n’était ni leur age, ni leur expérience,  ni leur niveau d’étude,  mais leur humanité.
Ils avaient ce trait commun, d’aimer les autres, de les prendre comme ils se presentent,  comme ils sont.
J’ai quelques fois l’impression que ces personnes ont lors de leur passage déposé une pierre qui a permis de me construire. Je me suis nourris de ces personnes, ils ont construit le militant que je ssuis, parceque avant tout ils m’ont ammener a réfléchir,  a me remettre en question, et a remettre en question le monde qui m’entour.
Je leur dit tout simplement MERCI d’être passé par ma vie et d’y avoir fait une halte.